La famille de l'Incarnation

La famille de l'Incarnation

menu

Accueil > Actualités > Nouvelles de la Famille > "Venez à l’écart" : échos de la rencontre internationale

"Venez à l’écart" : échos de la rencontre internationale

Des délégués laïcs et religieux (ses) de la Famille de l’incarnation se sont retrouvés à Chavagnes du 9 au 14 août 2016 pour un temps de partage d’expériences, de célébration, de formation et de prises d’orientations pour les trois années à venir.

"Seigneur, nous arrivons des quatre coins de l’horizon"

Avec le baluchon, nous sommes entrés dans la salle, apportant nos vies, les désirs et les attentes des différents groupes dont nous sommes délégués :

L’Amérique latine
l’Italie
Le Canada
L’Espagne
Le Royaume-Uni / Irlande
Le Cameroun
Le Vénézuela
La France
Madagascar

Nous sommes venus avec l’espérance de nous enrichir mutuellement, de poursuivre l’approfondissement de la spiritualité qui nous unit et l’espérance de découvrir ensemble l’horizon pour une nouvelle étape.

Formation sur le thème retenu pour les 3 années à venir : "Bâtisseurs de la maison commune".
Le Père André Talbot, du diocèse de Poitiers, nous aide à mieux comprendre l’encyclique du Pape François "Laudato Si", pour prendre soin de la maison commune de l’humanité.
Soeurs Cécilia Rojel et Jeanine Barbot reprennent les textes des fondateurs, Louis-Marie Baudouin et François-Donatien Pécot, pour y découvrir comment nos communautés peuvent construire et témoigner que de vraies relations fraternelles sont possibles, même dans le monde tourmenté dans lequel nous vivons.
Construire sur le roc solide de l’amour, de l’unité, dont l’origine et la source est la Trinité. Ils nous parlent du "ciment de la charité" ; ils répètent sans cesse le commandement du Maître : "Aimez-vous les uns les autres" ; ils nous avertissent de l’importance du discernement, de "s’asseoir avant de commencer à construire, pour une mission féconde, pour relever l’humanité blessée.

Sœur Marie-Pierre Cecchi explique la pédagogie spirituelle appelée "Entrevue des frères et sœurs" par laquelle le Père Baudouin nous invite à la primauté absolue de la charité et de l’union, pour une vie authentique et missionnaire.


Ces quelques jours sont aussi un temps privilégié pour la prière et la célébration.


Temps de discernement
pour prendre des orientations pour cette nouvelle étape 2016-2019 : Nous, Famille de l’Incarnation, comment allons-nous prendre soin et construire la "maison commune" ?

  • - En nous engageant dans un chemin de conversion, personnelle et en tant que groupe...
  • - En vivant périodiquement, dans nos communautés, "l’entrevue des frères-sœurs"...
  • - En étant attentifs à la communication pour grandir en communion ...
  • - En approfondissant la sagesse de notre tradition spirituelle ...
  • - En cherchant des moyens pour susciter l’intérêt des jeunes à vivre de cette spiritualité ...
  • - En grandissant ensemble dans ce sens d’appartenance et d’unité dans une seule famille ...

15 AOÛT A NIORT

Joie de marcher ensemble sur les pas du Père Pécot et des premières sœurs de l’Immaculée, en allant du quartier du Port à Ste Marie en passant par la rue de l’Orphelinat, l’école Sainte Thérèse, l’église Saint André, la rue Saint Gelais, la rue Basse.

Après un repas festif, joie de reprendre notre baluchon pour la célébration eucharistique avec les amis du diocèse de Poitiers venus marquer cette nouvelle étape de la congrégation.

L’église Saint André vue du bord de la Sèvre niortaise
Visite rue Basse où se trouvait la première maison-mère
L’école sainte Thérèse hier...
... et aujourd’hui
Les Malgaches apportent le dessert en dansant : un scofa, spécialité des Carmélites de Bessines
Nos baluchons, bien remplis de toutes les richesses reçues pendant la rencontre à Chavagnes !
Soeur Mercedes Lopez, supérieure générale, entourée de Lucienne Dubray (à sa gauche), de 3 conseillères générales (Marie-Jeannette Razafisoa, Dominique Benhaddou, Cecilia Rojel) et de Colette Naud, économe générale.
On danse en sortant de la chapelle...

Abientôt pour d’autres nouvelles car la fusion va être célébrée dans les autres pays, particulièrement au Cameroun et à Madagascar où les "nouvelles" Ursulines sont présentes.

Sœur Jeanine Barbot