La famille de l'Incarnation

La famille de l'Incarnation

menu

Accueil > Actualités > Religions et cultures : ressources pour imaginer le monde

Other languages :   es  

Religions et cultures : ressources pour imaginer le monde

Au retour des Semaines Sociales

Toutes les versions de cet article : [Español] [français]

Quatre soeurs ursulines étaient parmi les 2500 participants rassemblés à Paris. Elles n’ont pas voulu garder pour elles seules la grâce de ces trois jours de session, en consonance avec le Projet Missionnaire de notre Congrégation. Ce que chacune d’elle a écrit nous incitera peut-être à lire ou à écouter l’une ou l’autre conférence transmise sur le web.

Merci les semaines sociales !

Nous achevons de vivre trois jours extraordinaires au forum des Semaines Sociales de France, sur le thème « Religions et cultures : ressources pour imaginer le monde ».

Inutile de dire que l’Encyclique « Laudato si » y a eu une grande résonance.
Analyse, dialogue, témoignages, propositions, méditations et célébrations.
Hommes et femmes d’horizons divers, penseurs, socio-économistes, philosophes, croyants, acteurs politiques, sur la scène nationale et internationale, théologiens et pasteurs de différentes confessions, jeunes heureux de « coexister » pour construire ensemble l’utopie de la maison commune.

Que de richesses, de générosité, génie, créativité, engagement tout au long de ces trois jours qui ont fait grandir notre foi et notre espérance.

Loué sois- tu Seigneur parce que ton Nom se dit de mille manières et par mille chemins l’être humain te cherche, te comprend, te désire, t’adore ou te cache, mais ici tu es présent. Tu réveilles ce rêve d’une humanité universelle que tu as semé dans le cœur humain, en cette heure décisive que nous vivons.

Sr Mercedes Lopez

Ces trois jours ont permis une fois de plus de regarder le monde qui nous entoure, avec ses difficultés, ses interrogations. Ces trois jours nous ont permis surtout de toucher la force de l’espérance : lorsqu’elle habite le cœur d’hommes et de femmes, ils osent aller plus loin que le discours devant ce qui peut menacer notre terre, devant ce qui détruit les liens sociaux, humains, spirituels…

Tout ce que nous avons pu écouter et entendre, nous a replongées dans le travail que nous avons pu réaliser cet été au cours de notre Chapitre et nous a renvoyées à notre projet missionnaire de congrégation.

Nous avons entendu les mots …fragilité…interdépendance… Oser aller à la rencontre de l’autre…nous avons parlé d’écoute, de maison commune, de conversion, de témoignage, de bonheur et de joie…, nous avons été invités au « vivre ensemble et au faire ensemble » pour ne citer que quelques expressions que nous pouvons retrouver dans notre projet missionnaire …

Un projet missionnaire pour nous aider à vivre à la suite de jésus Verbe Incarné…comme disciple, répondant à une vocation, à un appel sur lequel il faut risquer notre vie…oser…essayer petitement et humblement de vivre la cohérence.
Nous avons été invités à vivre l’esprit du cœur, à aller vers l’intériorité…nous rappelant que l’être humain est le lieu où Dieu habite…et que le cœur est le lieu de Sa Présence.

Les différentes interventions et les témoignages nous ont mis sur le chemin du lâcher prise et de la confiance … confiance en Dieu qui vient vers nous et nous ouvre des possibles.

Et au seuil de l’année de la miséricorde, il est bon de reprendre cette phrase d’une pasteur : « Dieu fait de nos erreurs des sources de bénédictions ; il nous libère de la peur de l’échec. La résurrection est une brèche dans nos limites, une brèche qui ne fait surgir que l’espérance. »

Alors laissons nous habiter par l’espérance au delà de nos peurs ou de nos fragilités.

Sr Dominique Benhaddou

Je n’ai pu participer qu’à la deuxième et troisième journée des SSF. Mais je suis arrivée à un moment crucial : après l’analyse du monde d’aujourd’hui, la conférence de Bernard Perret nous a mis face aux défis du changement climatique et a orienté notre regard vers l’Espérance. Pour lui l’espérance s’exprime en un regard et une parole lucide sur les abus actuels et les dangers pour l’avenir et une confiance en la créativité de l’humanité pour inventer un monde nouveau. A travers ses paroles, j’ai entendu ce que d’autres ont nommé « Kairos » : un signe des temps, un moment favorable où l’Esprit Saint suscite des énergies nouvelles.

Les religions s’offrent comme ressource de l’intériorité, de l’audace pour aller à la rencontre de l’autre différent, surtout exclu et pour vivre l’interreligieux en une « conversation » bienveillante.

Sr Thérèse Jourdain

Quelle école ! Trois jours pour se laisser éduquer en apprenant à lire les évènements du monde, à entendre les interpellations écrites ou orales de l’Eglise, des sociétés, à écouter et regarder l’autre dans ses expressions si diverses allant du conte au chant en passant par le dessin, les poèmes, la gestuelle.
C’est maintenant le moment favorable… l’heure est cruciale, l’encyclique « Laudato si » a reçu l’accueil que l’on sait car elle ne nie pas la réalité et s’adresse à tous et toutes pour nous mobiliser.

« La joie de vivre, nous l’avons comme nappe phréatique en nous et choisir d’être heureux est un acte de résistance politique » nous a si bien dit Patrick Viveret.
Et comment oublier ce moment de grâce où des hommes de 3 religions se sont embrassés sur l’estrade : Luigino Bruni, professeur à l’Université de Rome, Cheikh Khaled Bentounes, guide spirituel de la confrérie soufie Alâwiyya et Philippe Cornu, président de l’Institut d’Etudes Bouddhiques. Certains gestes s’impriment en nous plus que beaucoup de discours, celui-ci en est pour moi.
Merci les Semaines Sociales !

Sr Colette Naud

Retour sur la session
http://ssf-lasession.org/

Reportage à lire
http://www.la-croix.com/Religion/Ac...

Quand un Africain fait rire pour faire réfléchir
https://www.youtube.com/watch?v=rry...