La famille de l'Incarnation

La famille de l'Incarnation

menu

Accueil > Fils de Marie Immaculée > Nos lieux de mission > Antilles > En mémoire de Mgr Charles Gachet

En mémoire de Mgr Charles Gachet

Grande journée missionnaire à Bazoges-en-Pareds en Vendée le dimanche 10 juillet 2011

Ce 10 juillet est un dimanche « inter-église » pour la paroisse et pour les prêtres, religieux, religieuses et laïcs originaires de Vendée et qui sont allés au service des autres églises, « dans les missions », comme on dit encore aujourd’hui, en oubliant que tous les chrétiens sont appelés à être missionnaires là où ils vivent.
Sont présents également un bon groupe de Fils de Marie Immaculée, car on fête aussi ce jour-là, le centième anniversaire de la naissance d’un enfant du pays, Mgr Charles GACHET, missionnaire aux Antilles, et premier évêque de Ste Lucie. Trois évêques sont venus pour la célébration, Mgr CASTET, évêque de Luçon, Mgr RIVAS, archevêque de Ste Lucie et Mgr FELIX, précédent archevêque de Ste Lucie, actuellement à la retraite.
Le P. Raymond LAURENT, FMI, originaire de Ste Lucie nous présente Mgr Gachet.

Mgr Castet, au centre, à sa gauche Mgr Felix et Mgr Rivas écoutent le mot de bienvenue de Mr le Maire de Bazoges.

Le Père Charles Gachet est né le 17 Juillet 1911 à Bazoges en Pareds en Vendée. Dès 10 ans, il manifesta à son oncle, le Père Louis Tapon, qu’il était prêt à poursuivre son oeuvre missionnaire à Sainte Lucie.
Il entra dans la Congrégation des Fils de Marie Immaculée, et fut ordonné prêtre en 1936. Peu de temps après, il fut nommé, comme il l’avait souhaité, à Sainte Lucie, dans les Antilles Anglophones, où, avec d’autres FMI, il servit dans différentes paroisses, notamment à Soufrière où il resta sept ans. C’est là qu’en 1957 il reçoit sa nomination comme Premier évêque du diocèse de Sainte Lucie, créé en février 1956. Il dut quitter Soufrière

La cathédrale de Castries

pour s’établir à Castries, siège du diocèse, avec l’église de l’Immaculée Conception érigée en Cathédrale, église construite par son grand-oncle, le Père Louis Tapon, tout au début du 20ème siècle.

Comme évêque, Charles Gachet s’est dévoué pleinement au service de l’Eglise et des habitants de son diocèse, particulièrement les classes les plus pauvres, lui-même vivant très chichement.
Au moment de son ordination épiscopale, Sainte-Lucie n’avait que huit paroisses canoniquement érigées ; quand il prit sa retraite 17 ans plus tard, il y en avait vingt trois.
Ses talents de ’bâtisseur’ étaient fort connus. Environ 12 églises, chapelles, plus de nombreux presbytères furent édifiés par ses soins, d’abord pour équiper les nouvelles paroisses érigées par lui. A cela, il faut ajouter une trentaine d’écoles primaires, maternelles et centres paroissiaux.
A l’annonce de la création de Sainte Lucie comme « Archevêché », Mgr Gachet offrit sa démission au Saint Père, se jugeant indigne d’être le premier Archevêque de Castries après avoir été son premier évêque. Il demanda au Saint Siège de donner cet honneur à un autochtone. Il fut entendu, et sa démission acceptée. Mgr Patrick Webster, bénédictin originaire de Sainte Lucie, lui succéda et devint le 1er archevêque de Castries.
Mgr Gachet se retira en 1974 à Trinidad. Il reprit sa vie missionnaire d’abord comme curé à Maracas, St Joseph, puis comme simple assistant à la cure de San Fernando. Au bout de quatre ou cinq ans, il quitta définitivement les Antilles pour rejoindre la France.
Il devint alors l’aumônier apprécié des Soeurs de Mormaison au couvent des Brouzils, en Vendée.

En 1984, il meurt tragiquement d’un accident de voitures à Montaigu. Il n’était âgé que de soixante treize ans.

P. Raymond Laurent

Mgr Gachet, éducateur et historien et pasteur

L’amour de Mgr GACHET pour le peuple de Ste. Lucie s’est surtout manifesté par son travail dans le domaine de l’éducation.
Non seulement il a construit trente deux écoles primaires et enfantines, offrant ainsi des milliers de places aux jeunes St. Luciens, mais il a veillé à ce que l’on maintienne l’excellence en matière de morale et d’études. Il s’est battu pour maintenir l’influence et l’autorité de l’Eglise dans les écoles.

Une histoire de l’Eglise catholique romaine à Ste Lucie

En tant qu’historien, Monseigneur Gachet fait partie du premier groupe de chercheurs de Ste. Lucie, tels que B.H. Easter, Charles Jesse, Harold F.C. Simmons et Robert Devaux.
En fouillant les archives de France et d’Angleterre, il a amassé des matériaux de qualité qui font partie de la richesse historique de la nation.
Son « Histoire de l’Eglise Catholique à Ste Lucie » restera un document de base pour l’histoire de l’église locale.

Mgr Gachet, un Pasteur
Mgr Gachet était un homme simple, d’une foi profonde, parfaitement conscient de ses limites, mais épris d’un amour passionné pour l’Eglise et le peuple de Ste. Lucie. Calmement et sans prétention, il a guidé l’Eglise pendant dix sept ans, en posant les fondations de la construction de l’église locale.
C’était un homme de Dieu et un homme qui voyait loin. Fermement enraciné dans le mystère central de la foi - l’Incarnation - qu’il a choisi comme devise : « Habitavit in nobis » ( Il a habité parmi nous ), Monseigneur Gachet s’est mis à implanter l’Eglise dans le contexte local. Il a mis toute son énergie à développer le clergé local et à encourager les artistes du pays, tels que Dunstan St. Omer, pour faire entrer l’art local dans les églises.

Bâtisseur, Educateur, Historien ... Oui. Mais par-dessus tout, Charles Gachet était un Pasteur, un Père pour ses prêtres et ses religieux, un Berger pour son peuple. Tous ses efforts et réussites découlaient d’un coeur consumé par le zèle pastoral, l’amour de l’Eglise, et l’amour pour le peuple de Ste. Lucie. Les nombreuses paroisses érigées par lui, les églises qu’il a construites témoignent de son profond souci pour son troupeau, pour le bien-être du Peuple de Dieu et pour la construction du Corps du Christ à Ste. Lucie.

Page extraite du journal Catholic Chronicle, de Ste Lucie december 2005

voir aussi Ste Lucie