La famille de l'Incarnation

La famille de l'Incarnation

menu

Accueil > Actualités > Nouvelles de la Famille > En Ariège, un monument peu commun...

En Ariège, un monument peu commun...

A 20 kms de Foix, à Montégut-Plantaurel, est construit, au milieu d’une pelouse, un monument peu commun.

Le monument "peu commun" vu de l’extérieur


Ce monument peu commun est bâti avec des plaques arrondies de 2,50m de hauteur, séparées par un vide de 60 cm.
A l’intérieur de la sculpture, sur ces colonnes, j’ai fixé, avec d’autres adultes, des plaques portant le nom d’un prisonnier d’opinion.

Intérieur du monument


Plaques portant le nom des prisonniers


Ces plaques ont pris la place de celles dont les prisonniers venaient d’être libérés.

Moment émouvant

en ce vingtième anniversaire de l’inauguration de ce monument.

Les discours officiels du Maire et du Président de Amnestie Locale, ont rappelé le beau travail des membres pour la libération de ces prisonniers, aidés par l’ACAT : Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture, RESF : Réseau Education Sans Frontière et autres Associations de ce Collectif.

Non loin de ce monument est fixée la plaque explicative suivante :

Une sculpture de Christian LOUIS, pour le Groupe Ariège d’Amnestie International.

Chaque petite plaque disposée à l’intérieur de la sculpture représente un prisonnier d’opinion.

Quand il n’y aura plus de prisonniers d’opinion dans le monde,

la sphère centrale qui symbolise l’Humanité sera reconstituée.

L’ensemble du monument de Montégut-Plantaurel



Marie-Jo DUDIT, membre du RESF local


Le château de la Hille, vieux de 5 siècles


Dans le même village, à l’entrée du château de La Hille, se dresse une plaque dont le texte en dit long sur ce qui a été vécu ici au cours de la Guerre mondiale 1939-1945.

Des enfants dans la tourmente 1941-1944

Le château de la Hille vieux de cinq siècles, offrit aux heures les plus noires du 20ème siècle un hâvre de paix dans la tourmente, à une centaine d’enfants juifs provenant d’Allemagne, fuyant la terreur et la haine raciale, qui par vagues successives, recouvrirent la Hollande, la Belgique et une partie de la France.

Au château de la Hille, les enfants y furent entourés de la bienveillance des habitants du pays...

... Au cours de son histoire, le château n’a été le haut- lieu d’aucun fait d’armes, mais il fut le témoin d’une victoire de l’humain sur la barbarie.

Les anciens lui disent merci ainsi qu’aux habitants de Montégut-Plantaurel et de ses environs.