La famille de l'Incarnation

La famille de l'Incarnation

menu

Accueil > Actualités > Nouvelles de la famille > Denise-Marie revient du Chili

Denise-Marie revient du Chili

Témoignage donné à la rencontre Grain de Moutarde de Chavagnes (14-15 novembre 2015)

J’ai eu la chance d’aller au Chili cette année du 15 septembre au 15 octobre.
Si je suis là, ce samedi, ce n’est pas pour vous dire que j’ai bien senti la terre trembler à plusieurs reprises, et même très fort, le soir de mon arrivée à Santiago et la première nuit.

Si je suis là, c’est d’abord pour témoigner de la rencontre du 29 septembre avec un groupe de femmes de la Famille de l’Incarnation.

Douze femmes qui habitent à Freirina dans le « Petit Nord », près du port de Huasco et près du désert d’Atacama qui, cette année, a fleuri. Quelle merveille !

Freirina et son église


Ces femmes gardent un souvenir vivant de la présence des sœurs Ursulines à Freirina de 1978 à 1995.

Partage autour de la table avec les dames de Freirina


Elles se retrouvent chaque quinzaine une soirée à partir de 19h pour partager et prier.
Elles ont demandé ce qui se fait dans les différents pays, dont la France.
Après la prière et une petite collation, nous avons chanté et dansé, entraînées par Andreina, novice Ursuline de Santiago.

Le beau sourire d’Andreina !


J’ai promis de vous transmettre leur amitié : c’est donc chose faite !

Je voudrais ensuite témoigner d’un temps fort de mission vécu avec des religieuses, un prêtre et deux laïques, à Copiapo au Nord de Freirina.
Copiapo a connu en avril dernier de graves inondations et une terrible montée d’alluvions qui ont tout détruit sur leur passage.
Les personnes que nous avons rencontrées ont tout perdu et le gouvernement ne les aide pas.
Cependant, leurs réactions ne sont pas de l’ordre de la plainte ou du découragement.
J’en retiens deux :
- Oui, nous avons tout perdu, mais Dieu merci, la perte est seulement matérielle, nous avons la vie et nous allons reconstruire.
- Cet évènement nous a permis d’être plus proches de nos voisins, plus solidaires et de nous entraider.
Ces personnes sont prêtes à partager le peu qu’elles ont et c’est parfois très très peu.

Debout au centre, Denise-Marie avec tout le groupe de Copiapo


Toutes ces personnes restent gravées dans mon esprit et dans mon cœur. Je leur ai promis de prier pour elles et je vous demande aussi de le faire. Merci.

Denise-Marie, Nantes