La famille de l'Incarnation

La famille de l'Incarnation

menu

Accueil > Actualités > Nouvelles de la Famille > Bolivie : à San Ignacio, impossible d’arrêter l’eau

Bolivie : à San Ignacio, impossible d’arrêter l’eau

Ce 18 février 2014, Maria Eugenia, Marivi et Natalia ont envoyé un courriel au conseil général UdJ et aux sœurs qui ont vécu en Bolivie : depuis des semaines, la pluie ne cesse de tomber et c’est toute la région amazonienne du Béni, qui, une fois de plus, est submergée par la montée des eaux. Le département de la Paz et celui de Cochabamba sont également touchés et aux inondations s’ajoutent les glissements de terrain.


Le type de construction des maisons ne permet guère de résister aux pluies diluviennes (jusqu’à 32 heures d’affilée !) La population cherche refuge où elle peut : dans des magasins, des écoles, des chapelles. Les gens ne parlent plus que de la pluie et regardent tristement le ciel guettant une accalmie et espérant que le sol sèche.

Dans la ville de San Ignacio de Moxos, la lagune Isideri qui fournit l’eau potable a commencé elle aussi, depuis une semaine, à déborder vers de nouveaux quartiers. C’est impressionnant ! Beaucoup de gens ont dû fuir leur maison et ont tout perdu, impossible d’arrêter l’eau. Les gens ont peur ; ils sont angoissés par la montée des eaux et ont demandé au nouveau prêtre des prières, des rogations, pour que la pluie s’arrête.

Dans la campagne, le bétail est déplacé d’un lieu à l’autre mais beaucoup de troupeaux finissent par périr. Des secours sont envoyés par barques mais c’est dangereux et il y a eu des morts. Le prix des aliments a grimpé et les légumes manquent. L’unique route entre Trinidad (La ville la plus proche d’où viennent tous les légumes et les denrées telles que farine, sel ; huile…) est impraticable, l’eau l’ayant complètement submergée.

M.Eugenia, Marivi, NataliaLa maison de sœurs a été inondée deux fois. Elles ont essayé tout de suite d’évacuer l’eau mais ont dû s’avouer vaincues et attendre que le niveau baisse. Elles ont cependant accueilli dans leur maison une femme et sa fille qui ne pouvait plus rester dans leur maison. Le dispensaire de la paroisse où les sœurs sont engagées, se préoccupe des personnes âgées et des gens qui sont dans le besoin. Le personnel du dispensaire essaie de prévoir et de se préparer aux épidémies qui risquent de se déclencher au moment de la baisse des eaux…

Si vous voulez lire l’article dans sa langue d’origine, cliquez sur
Bolivia : barrios inundados en San Ignacio de Moxos

http://www.noticias.com.bo/videos/video-afectados-por-las-lluvias-en-san-ignacio-de-moxos-piden-ayuda-a-las-autoridades-red-pat-bolivia-pat/