La famille de l'Incarnation

La famille de l'Incarnation

menu

Accueil > Actualités > Nouvelles de la famille > Archives > A l’heure des voeux à la Maison-Mère

A l’heure des voeux à la Maison-Mère

La Maison-Mère, un lieu où il fait bon vivre

Sr Françoise Oger, provinciale, à tous ceux et celles travaillent dans notre Maison-Mère.

Au nom des Ursulines de Jésus qui sont en France,
Tous nos voeux accompagnés de notre prière, pour vous personnellement, pour vos familles,
Nous vous souhaitons santé, travail et en ces temps difficiles pour nous tous, une énergie intérieure, une vie intérieure puisée dans la vie de relations, dans les rencontres qui se font présence à l’autre, dans l’amour que je reçois autant que je donne, dans l’espérance que demain, au moins une chose sera meilleure qu’aujourd’hui
.

Pour l’année 2008, nous voulons aussi rendre grâce car notre Maison Mère ici et ses jardins sont un lieu, où il fait bon vivre ; toute personne de passage le ressent ainsi et nous le confie. Nos soeurs aiment y venir. Rendre grâce, c’est Reconnaître tout passage de Dieu en nos vies et nous Le voyons à l’oeuvre par votre manière d’être parmi nous, votre attention aux personnes et à la nature, votre patience et souci du bon et du beau, votre désir de collaboration …

Je souhaite, nous souhaitons que cela continue…<img1130|right>

A chacun/chacune de vous, les soeurs ici présentes vous souhaitent un joyeux Noël et une Année 2009 la meilleure possible.
Pour Noël, nous vous offrons comme conseil provincial un beau texte de Francine Carillo.

Dieu dit à nous tous les humains
Pas étonnant
Que notre histoire soit tissée de rendez-vous manqués !

Vous m’attendez dans la toute-puissance
Et je vous espère dans la fragilité d’une naissance.

Vous me cherchez dans les étoiles du ciel
Et je vous rencontre dans les visages qui peuplent la terre !

Vous me rangez au vestiaire des idées reçues
Et je viens à vous dans la nouveauté de l’imprévu !

Vous me voulez comme réponse
Et je me tiens dans le souffle de vos questions !

Vous m’espérez comme du pain
Et je creuse en vous la faim !

Mais sous le pavés de vos errances
Se prépare un chemin de tendresse
Où je vous attends
Comme la nuit attend le jour
"( (Francine Carillo)